ORIGINE

self-défense Vannes
L’Aïkitaïdo est un art martial français de self-défense, créé en 1973 par Monsieur Gilles PERRIER, professeur d’éducation physique et sportive, titulaire de l’éducation Nationale, Spécialiste de sports de combat et de gymnastique éducative, il est également titulaire de nombreux diplômes de professorat d’arts Martiaux, dont le Brevet d’Etat d’Educateur Sportif 2ème degré. Pourtant, les pratiques de ces différentes disciplines le laisse insatisfait. Il souhaite échapper à la compétition et conserver l’efficacité des arts martiaux dans un cadre moral et éducatif explicite, où l’entraide et le dévouement sont valorisés. Après de nombreuses recherches, il crée donc l’Aïkitaïdo.

Aï-Ki-Taï-Dô signifie éducation physique, mentale et morale.
Il se pratique dans un esprit de recherche de soi-même et pour le bien des autres.

L’Aïkitaïdo poursuit une vocation éducative pour tous, adultes et enfants, à qui il espère apporter bien-être et équilibre. L’Aïkitaïdo se pratique habituellement en salle d’Arts Martiaux et en kimono mais peut aussi se pratiquer en plein air en survêtement ou même en tenue civile. L’Aïkitaïdo ne comprend aucune compétition.

Aikido

fondateur-discipline-gilles-perrier
Gilles PERRIER, fondateur de l’Aïkitaïdo

LA METHODE

L’originalité de la méthode d’enseignement repose sur une trilogie, respectée à chaque entraînement et qui se développe selon trois axes suivants :

1. Gymnastique préventive et de santé :

– assouplissements
– postures
– respiration
– concentration.

2. Self-défense, issue de la synthèse de plusieurs arts martiaux :

Notion légale de légitime défense d’où riposte proportionnelle à l’agression (code pénal), techniques de :

– frappes style karaté et boxe française,
– clés style aïkido,
– défenses rapprochées style judo et lutte,
– utilisation de kobudo (bâton court ou long, canne, sabre, tanto, nunchaku, tonfa etc.)

Il n’y a pas de compétition, pas d’apprentissage de coups mortels mais une étude poussée des points vitaux très douloureux qui ne provoquent pas de lésions irréversibles.

3. Conseils de secourisme :

– notion légale d’assistance à personne en danger, devoir moral à l’issue desquels les pratiquants sont encouragés à obtenir l’AFPS auprès des organismes compétents.

L’ENGAGEMENT MORAL


« Je n’utiliserai mes connaissances en Aïkitaïdo qu’en cas de nécessité absolue et toujours comme moyen de défense.
Je tâcherai de ne pas être cruel ou orgueilleux et m’efforcerai d’avoir une vue claire sur toutes choses.
Je devrai me rappeler que seule la pratique quotidienne me donnera une réelle compréhension de mon art et une plus grande maîtrise de moi-même pour le bien des autres. »

EN SAVOIR PLUS…

self-défense Vannes